Accueil du site > Je me bouge > Lire - Voir - Ecouter - Participer > La fête à moindre risques !

La fête à moindre risques !

Prenez soin de vous et des autres !!!

La plupart du temps, la fête peut être liée à une consommation de substances psycho-actives, alcool et/ou drogues, qui permettent de se désinhiber et de profiter différemment du moment. Cela peut, plus particulièrement, donner l’impression de faciliter des rencontres et d’intensifier des expériences sexuelles, par un effet aphrodisiaque.

Chez certaines personnes, l’alcool et la plupart des drogues majorent les prises de risques et diminuent la vigilance. En effet, lorsque l’on consomme à trop forte dose ou trop rapidement, cet effet désinhibant peut amener à faire des choses que l’on n’a pas vraiment envie de faire (difficultés à prendre une décision et à l’imposer !)

Par ailleurs, il y a des moments où l’on est plus fragile (études à l’étranger, nouvelle ville, pression des examens, déception amoureuse, problèmes familiaux, etc…) et où il est important de rester vigilant-e à soi et à certain-es de ses ami-es durant les moments festifs. Les personnes qui vont chercher à abuser d’autrui repèrent très vite la personne fragile. Les moments de fêtes restent des moments privilégiés pour de nouvelles rencontres et certaines personnes mal intentionnées peuvent en profiter.

Aussi, est-il préférable de se préparer à la fête, d’en parler avec ses ami-es, d’avoir éventuellement des préservatifs et du gel à disposition.

Gère ta fête avant, pendant et après !

1- Prends ta pilule contraceptive quotidienne avant de sortir, même si c’est avant l’heure habituelle, pour éviter de l’oublier ou de la vomir.

2- Ne consomme pas trop vite, ni au point d’être incapable de refuser un rapport sexuel, de te défendre ou de ne pas remarquer le « non » de ton/ta partenaire.

3- Décide avec tes ami-es, qui d’entre vous aura une consommation modérée, que vous ayez une voiture ou pas. Prévoir un alcooltest s’il y a un-e conducteur-trice.

4- Cette personne, ou toi-même, sera attentive aux personnes de son entourage, si elle constate que leur comportement est inhabituel ou disproportionné.

5- Evite de boire à la bouteille et ne quitte pas ton verre des yeux au cours d’une soirée (en boîte, entre ami-es ou ailleurs...). Fais des pauses, bois de l’eau pour t’hydrater, prend l’air car les lieux confinés amplifient les effets des produits.

6- Informe tes ami-es, si tu rencontres une personne qui te plait et que tu souhaites rentrer avec elle.

7- Avant un rapport, dis clairement ce que tu ne veux pas faire et ce qui est tabou pour toi.

8- Pense au préservatif, ou si tu n’en as pas, pratique la technique du retrait. Même si ce n’est pas la méthode la plus sure, c’est un moyen de réduire le risque de grossesse non désirée et/ou de contamination.

9- Utilise un lubrifiant (ou change de préservatif) pour garder les muqueuses saines et réduire le risque de contamination. Certaines drogues assèchent les muqueuses et peuvent générer des lésions lors de l’acte sexuel (ce qui augmente d’autant plus le risque de transmission des Infection Sexuellement Transmissibles).

10- Si tu as le moindre doute sur la bonne utilisation ou non du préservatif, ou s’il a craqué … et si tu n’as pas de contraception régulière, pense à la pilule d’urgence (dite aussi pilule du lendemain) à prendre le plus tôt possible et envisage d’aller faire un dépistage.

Pour info, l’association de certaines substances psychoactives peut être néfastes, voire potentiellement dangereuses : poppers et viagra, GHB et alcool...

La drogue du Viol ?

Le risque d’absorber du GHB à son insu provient du fait que le liquide est incolore et inodore. Les victimes ayant absorbé cette drogue deviennent passives et restent sous le contrôle total de l’agresseur pour effectuer ou subir des actes dont elles ne garderont aucun souvenir.

Mais dans la plupart des cas elle n’est pas utilisée par les agresseurs car : L’alcool à forte dose produit les mêmes effets que le GHB et reste la première drogue du viol ou d’agressions.

Consommer modérément permet de rester vigilant-e Car dans tous les cas : Un OUI est un OUI et un NON est un NON C’est toi qui décides !

Si l’on est victime ou l’on pense avoir été victime d’une agression sexuelle (trou de mémoire)

Une réaction rapide est nécessaire afin de rassembler les preuves et de savoir ce qui s’est passé réellement :
Se présenter au commissariat permet d’accéder aux différentes démarches de recherches toxicologiques et une orientation efficace vers un service spécialisé de l’hôpital.

Sur Aix-en-Provence, vous pouvez également contacter :
L’assocation Apers, 7 jours sur 7
Service d’aide aux victimes habilité à vous aider dans les démarches médicales et juridiques
0 884 284 637 (prix d’un appel local)

Le Planning Familial Permanences d’écoute, information et orientation, gratuites, confidentielles et sans rendez-vous
0 800 08 11 11 (numéro vert gratuit et anonyme)

Tremplin prev’ Prévention et réduction des risques en milieu festif
06 82 67 44 81

Mouvement Français pour le Planning Familial des Bouches-du-Rhône
106 boulevard National - 13003 Marseille - Tel : 04.91.91.09.39